MOREAU Alain (†)

Professeur de grec
 

(JPEG)






(BMP)









-  Professeur de grec ancien à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, de 1973 à 2000.


-  Spécialiste de la mythologie et de la tragédie grecques.


-  Longtemps directeur du SEMA (Séminaire d’Études sur les Mentalités Antiques) et du GITA (Groupe interdisciplinaire du théâtre antique), il a organisé dans le cadre du SEMA trois colloques internationaux qui se sont tenus à Montpellier, et dont les Actes ont été publiés par le Service des Publications de l’Université Paul Valéry.


-  Membre du Comité de rédaction de la revue des Cahiers du GITA.

(JPEG)


Principales publications :



-   La fabrique des mythes. Paris : Les Belles Lettres, 2006, 253 p.

(JPEG)


« Il n’y a pas de Bible dans le monde grec. La mythologie grecque n’est pas un ensemble de textes sacrés auxquels on n’a pas le droit de toucher. De l’époque mycénienne à l’époque classique, et même au delà, les Grecs n’ont cessé de multiplier versions et variantes. Il y eut une époque où les mythes étaient en relation avec un rituel. Mais avec le temps un écart s’est creusé entre le rituel figé pratiqué dans les temples et le foisonnement joyeux qui constitue ce qu’on appelle la mythologie. Peu à peu le mythe s’est éloigné de la religion, gagnant sa liberté. Il devient souple, malléable... et de moins en moins sacré, comme en témoignent les manipulations généalogiques concernant Œdipe, Médée, Prométhée. Manipulations que l’on retrouve tout au long de l’œuvre de Platon qui fut un contempteur des mythes, mais aussi un créateur de mythes, et qui accorde à ceux-ci une place importante dans son argumentation. De même les mythes de certains héros comme Oreste, Jason ou Thésée peuvent être au service d’une propagande politique. La quatrième partie de l’ouvrage dans son chapitre I met l’accent sur l’impossibilité pour les héros d’échapper à l’oracle dévoilé par les prêtres d’Apollon tandis que le dernier chapitre esquisse une typologie de la transgression, fondatrice, cosmique ou sacrilège. »








-   Eschyle : la violence et le chaos. Paris : Les Belles Lettres, 1985, 408 p.

(GIF)


- Ouvrages disponibles auprès du Service des Publications de l’Université Paul Valéry, par internet en suivant ce lien.

(GIF)

Service des Publications
Université Paul Valéry - Montpellier III
17 rue Abbé-de-l’Épée
34090 Montpellier




-   Mythes grecs I : Origines . Montpellier : Service des Publications de l’Université Paul Valéry - Montpellier III, 1999, 264 p.
(JPEG)

« Les fables ne sont pas ce qu’elles semblent être », déclarait La Fontaine, après le fabuliste latin Phèdre. Il y a l’apparence et la réalité, la surface et les strates successives qui, de descente en descente dans les profondeurs du mythe, livreront peut-être au mythologue mué en spéléologue la signification la plus ancienne. C’est ainsi que, grâce à l’étymologie se révèlent les traits primitifs de la personnalité de certains héros. Mais cette recherche nous mène plus loin encore, vers les origines du monde, les cosmogonies, les cataclysmes primordiaux, les naissances et renaissances d’une humanité sans cesse remise en question par le dieu suprême. Elle permet de découvrir, au-delà de l’admirable torse pivotant du Discobole de Myron, les dieux de la végétation bulbeuse que vénéraient les premiers hommes. Elle met en lumière la propension des Grecs à éloigner dans l’espace et le temps aussi bien le monde idéal (les pays au parfum où habitent les dieux, les contrées de justice, d’abondance et de bonheur des Hyperboréens et des Éthiopiens) que l’humanité qui s’entretue et s’entredévore, une humanité enférocée qui, selon les Grecs, ne saurait être que barbare, non-grecque. Mais cette opération de propagande, consciente ou inconsciente, est manquée : les mythes dévoilent, les mythes dénoncent.
Ces Mythes Grecs I , qui seront suivis de cinq autres livres, sont le fruit d’une recherche commencée il y a un tiers de siècle. Ils ont fait l’objet d’une première publication dans diverses revues ou des Actes de colloques. La bibliographie a été mise à jour. Un index facilite la recherche d’une information sur chacun des héros ou dieux étudiés. »





-   Mythes grecs II : L’initiation . Montpellier : Service des Publications de l’Université Paul Valéry - Montpellier III, 2004, 279 p.
(JPEG)

« Au troisième millénaire se pratiquent encore chez certains peuples (Afrique, Nouvelle-Guinée, Amérindiens) des rites initiatiques très proches de ceux que les Grecs ont connus bien avant Homère. À l’époque classique il en restait des souvenirs, surtout dans les pays des confins, mais aussi dans les institutions des cités les plus civilisées (comme Athènes, Sparte, Thèbes ou Corinthe), et plus encore dans leurs mythes. Le fil d’Ariane qui permet de retrouver ses traces, c’est la symbolique de la mort et de la résurrection. Quittant le monde de l’enfance pour entrer dans celui des adultes, l’adolescent doit mourir pour mieux renaître. Cet ouvrage s’efforce de dégager dix-sept traits initiatiques, les plus fréquents, avant d’entrer dans le détail des mythes, poser les questions et tenter de les résoudre. Par exemple : quel rapport y a-t-il entre le labyrinthe et la danse de la grue exécutée par Thésée et ses compagnons après la victoire sur le Minotaure ? D’où vient la granitula, une danse encore exécutéee en Italie du sud et en Corse du nord le jour du Vendredi Saint ? Pourquoi tant de héros portent-ils le nom du loup, de Lycomède aux nombreux Lykos en passant par Autolykos, Harpalykos, Lykas, Lykenion ou Lycurgue ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont posées dans cet ouvrage. Bien entendu, la place finale, la place d’honneur, est réservée à Ulysse, le plus « éprouvé » de tous les héros grecs. »








-   Le Mythe de Jason et Médée. Le Va-nu-pied et la Sorcière. Paris : Les Belles Lettres, collection « Vérité des mythes », 1994, 340 p.

« Existe-t-il une unité, une spécificité du mythe ? Comment en dégager les constantes ? Celui de Jason et Médée s’étend sur deux millénaires de récits, de poèmes épiques, de tragédies ou d’images (vases, fresques, etc.), de la Théogonie d’Hésiode aux Pythiques de Pindare, en passant par les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes et, bien sûr, la Médée d’Euripide -pour les seules oeuvres antiques. Alain Moreau essaie de dégager les origines de ce mythe et d’élucider la manière dont les hommes et les événements lui ont imposé leur marque jusqu’au XXème siècle."
Cet ouvrage propose une synthèse de référence sur un mythe complexe, aux multiples ramifications, en utilisant aussi bien les apports psychanalytiques que structuralistes, mais pour mieux les dépasser. En effet, même s’ils peuvent se révéler d’une grande pertinence, ils ne saisissent souvent la portée du mythe que dans un temps donné, en omettant sa dynamique et ses multiples métamorphoses. »


-   La magie. Études rassemblées par Alain Moreau et Jean-Claude Turpin. Actes du colloque international de Montpellier, 25-27 mars 1999 organisé par le Séminaire d’Étude des Mentalités Antiques (SEMA) et le Centre d’Études et de Recherches sur les Civilisations Antiques de la Méditerranée (CERCAM), Montpellier : Publications de l’Université Paul Valéry, 2000, 4 tomes.

* Tome 1. Du monde babylonien au monde hellénistique . 330 p.

* Tome 2. La magie dans l’antiquité grecque tardive. Les mythes. 340 p.

* Tome 3. Du monde latin au monde contemporain. 362 p.

* Tome 4. Bibliographie. 169 p.

(JPEG)

(JPEG)



-   Les astres. Études rassemblées par Béatrice Bakhouche, Alain Moreau et Jean-Claude Turpin. Actes du Colloque international de Montpellier (23-25 mars 1995) , Publications de la Recherche, Université Paul Valéry - Montpellier III, 1996.

Tome I : Les astres et les mythes. la description du ciel . 320 p.

Tome II : Les correspondances entre le ciel, la Terre et l’homme. Les « survivances » de l’astrologie antique. 296 p.

(JPEG)



-   L’initiation. Tome I : Les rites d’adolescence et les mystères. Actes du colloque international de Montpellier 11-14 avril 1991 . Études rassemblées par Alain Moreau, Montpellier : Publications de l’Université Paul Valéry - Montpellier III, 1992, 326 p.

-   L’initiation. Tome II : L’acquisition d’un savoir ou d’un pouvoir. Le lieu initiatique. Parodies et perspectives. Actes du colloque international de Montpellier 11-14 avril 1991 Études rassemblées par Alain Moreau, Montpellier : Publications de l’Université Paul Valéry - Montpellier III, 1992, 320 p.
(JPEG)

"Au troisième millénaire se pratiquent encore chez certains peuples (Afrique, Nouvelle-Guinée, Amérindiens) des rites initiatiques très proches de ceux que les Grecs ont connus bien avant Homère. À l’époque classique il en restait des souvenirs, surtout dans les pays des confins, mais aussi dans les institutions des cités les plus civilisées (comme Athènes, Sparte, Thèbes ou Corinthe), et plus encore dans leurs mythes. Le fil d’Ariane qui permet de retrouver ses traces, c’est la symbolique de la mort et de la résurrection. Quittant le monde de l’enfance pour entrer dans celui des adultes, l’adolescent doit mourir pour mieux renaître. Cet ouvrage s ?’efforce de dégager dix-sept traits initiatiques, les plus fréquents, avant d’entrer dans le détail des mythes, poser les questions et tenter de les résoudre. Par exemple : quel rapport y a-t-il entre le labyrinthe et la danse de la grue exécutée par Thésée et ses compagnons après la victoire sur le Minotaure ? D’où vient la granitula, une danse encore exécutéee en Italie du sud et en Corse du nord le jour du Vendredi Saint ? Pourquoi tant de héros portent-ils le nom du loup, de Lycomède aux nombreux Lykos en passant par Autolykos, Harpalykos, Lykas, Lykenion ou Lycurgue ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont posées dans cet ouvrage. Bien entendu, la place finale, la place d’honneur, est réservée à Ulysse, le plus « éprouvé » de tous les héros grecs."





-   Les « Choéphores » d’Eschyle. Textes réuni par Alain Moreau et Pierre Sauzeau. Cahiers du GITA nº 10, Montpellier : Publications de l’Université Paul Valéry, 1997, 360 p.

(JPEG)



-  Il a dirigé 20 thèses, publié 8 livres et 121 articles, fait une trentaine de comptes rendus d’ouvrages, 12 comptes rendus de représentations théâtrales en rapport avec l’Antiquité grecque, et donné 142 conférences.


-  Actuellement Rédacteur en chef de la revue Luchnos de l’Association Connaissance Hellénique.